RENÉ CHAUMETTE

Une page pour rendre hommage à

René Chaumette

rene-chaumette-1970

Fils de cultivateurs ayant des idées de gauche, René Chaumette reçut les premiers sacrements catholiques. Élève du cours complémentaire d’Arpajon, il entra à l’École normale d’instituteurs de Versailles en 1936. À sa sortie en 1939, il fut nommé au cours complémentaire d’Arpajon pour enseigner les mathématiques, les sciences et les lettres. Mobilisé le 9 juin 1940 dans l’armée de l’Air à Châteauroux (Indre), après les chantiers de jeunesse dans l’aviation à Argelès-Gazost (Hautes-Pyrénées) en juin 1941, il réintégra son établissement pour y enseigner les lettres. Il avait participé à un stage d’éducation physique à Reims. Initié à la méthode Hébert, il la mit en application avec sa classe et lors d’une fête sportive à Arpajon. Il obtint, l’année suivante, le cours complémentaire Jules Ferry de Sainte-Geneviève-les-Bois pour professer les mathématiques. Il s’était inscrit à la Sorbonne pour préparer une licence de mathématiques. Il participa à la Résistance en cachant des clandestins et un Anglais parachuté, en liaison avec son inspecteur primaire Louis Moreau*.
René Chaumette se maria religieusement en avril 1942 à Egly. Leurs quatre enfants enfants ne reçurent aucun sacrement religieux. Il obtint le poste de directeur de l’école de garçons de La Ferté-Alais (Seine-et-Oise) en 1945 dont une classe relevait d’un début de cours complémentaire. Il y enseigna les mathématiques et les sciences. Son épouse, employée par la ville, se chargeait de l’infirmerie et de la cantine. Il participa à la création d’un véritable cours complémentaire, et en demeura directeur quand il devint collège d’enseignement général (1959), avec un demi-service d’enseignement, déchargé de classe à partir de l’année 1963-1964. Il devint régisseur-économe du CEG en décembre 1961, secondé par son épouse, devenue intendante municipale. Après la transformation en Collège d’enseignement secondaire Albert Camus, en 1969-1970, il en devint le directeur-adjoint. En 1971, il obtint sa mutation comme principal-adjoint au CES « Parc de Villeroy » de Mennecy où il resta jusqu’à sa retraite en 1975.
En outre, René Chaumette dirigeait et gérait avec son épouse, depuis 1952, en juillet, une colonie de vacances du comité d’entreprise d’Air France en Isère. En août, il assurait la responsabilité d’un camp du Groupement des campeurs universitaires à La Tranche-sur-mer (Vendée).
René Chaumette représentait le canton au conseil syndical de la section départementale du SNI. Il présidait au milieu des années 1950 l’amicale des hors-zones du Sud de la Seine-et-Oise qui luttait contre le maintien des zones de salaires. Appartenant à la tendance « autonome », secrétaire de la section départementale lors de la création de l’Essonne du SNI en 1967, il abandonna cette responsabilité au début de mai 1968. Pendant son court mandat, les réunions du bureau départemental se tinrent dans son établissement. Élu à la commission administrative paritaire départementale et au Comité technique paritaire départemental pendant quinze ans, il occupa aussi des responsabilités lors de la création de la section départementale de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale jusqu’en 1992. Il présida aussi l’Autonome de l’Essonne de 1974 à 1992 et fut correspondant de la Mutuelle accidents élèves, de la CASDEN.
René Chaumette devint conseiller municipal de La Ferté-Alais en 1953. Pour protester contre les agissements du maire, avec une majorité de conseillers, il démissionna en 1962. Réélu en 1963 et en 1965, il devint premier adjoint et le demeura jusqu’en 1983. Il avait adhéré au Parti socialiste en 1975, parti auquel il appartenait toujours en 2006.

renè-chaumette
René Chaumette – 1er rang 4ème en partant de la droite

René Chaumette composa un ouvrage de souvenirs sur son établissement scolaire où il donna la parole à de nombreux anciens élèves, parents ou enseignants.

livre-rene-chaumette

Sources: https://maitron.fr/spip.php?article19654,

Notice CHAUMETTE René, Léon, Émile par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 21 novembre 2019.

Site: maitron.fr

rene-chaumette-la-ferte-alais

J’ai eu l’occasion de saluer René Chaumette et de lui remettre la médaille de la Ville qu’il méritait.

Qu’il soit remercié pour le travail accompli au bénéfice de la ville dans des conditions parfois difficiles, attaqué, calomnié par d’autres, qui n’ont guère, eux, laissé de traces à la Ferté Alais.

Philippe Autrive

Maire de la Ferté Alais 2001 – 2008

rene-chaumette-et-philippe-autrive

Lafertealais.com©mars2020