!
!
Rodolphe SALIS

  

RODOLPHE SALIS

ET

Le Chat Noir

1851-1897

 

                                                                     

 

Comment parler de la chanson de la Belle Époque sans évoquer Rodolphe SALIS, né à Châtellerault en 1852, mort au

même endroit en 1897.

 

Crée par Rodolphe SALIS en 1881, le Chat Noir qui tire son nom d'une histoire extraordinaire d' Edgar Poe est le symbole de

l'esprit montmartrois. Installé d'abord au 84, Boulevard Rochechouard, il déménage en 1885 au 12, rue Vasseur, aujourd'hui

rue Victor Massé.

 

Au Chat Noir, Aristide Bruant fredonne ses premières chansons naturalistes.

 

 

                                                                

 

Au Chat Noir en particulier se retrouvent les ex-Communards revenus d'exil ou du bagne, les artistes de tous poils, refaisant

le monde autour d'un verre d'absinthe, les poètes, les peintres, les musiciens...   

 

Tous ignorent qu’ils conçoivent de nouvelles règles artistique. Les autorités tolèrent ces quartiers sulfureux comme pour

mieux conjurer les évènements tragiques de la Commune de Paris de 1871.

 

                                                                               

 

A Montmartre tout est admis : Les danseuses du Moulin Rouge ou de l'Elysée Montmartre guident des chahuts de plus en

plus hardis auxquels se conjuguent la bohême artistique de la Butte. Toulouse Lautrec, Steinlen, Chéret, Courbet, Willette,

Grün prêtent leur soif de vivre à la promotion de ces nouveaux divertissements.

 

 

                                                                                     

 

 

La publicité voit le jour. Les murs de Paris s'affichent de réclames vantant ces spectacles et les talents de ces nouveaux

artistes illustrateurs. L’affiche publicitaire est née. Pour le Mirliton, Steinlen représente Bruant contemplant l'affiche de

Lautrec représentant... Bruant. Pour le Divan Japonais ou le Moulin Rouge, Lautrec est au crayon…

 

Une véritable soif de vivre dégingandée  se créé, où se mêlent la jeune génération montmartroise,

les impressionnistes et les ex-comontmartre (anciennement Mont Marat ), annexé récemment à Paris en 1860,

est en effet, demeuré un quartier frondeur.

 

                                                           

 

Au début des années 1880, le Cabaret du Chat Noir ouvre ses portes et accueille les anciens héros des barricades de 1871,

de retour d’exil ou du bagne.

 

Journalistes enflammés à travers une presse endiablée, artistes libertaires, musiciens innovants, poètes anticléricaux se

retrouvent dans ce tourbillon d’idées contestataires, de délires ou l’on repousse allègrement les limites convenues.

 

En 1980, Gabriel SALIS, frère de Rodolphe SALIS, reprit le cabaret " la Grande Pinte" afin de concurrencer le cabaret du

"Chat Noir". Il exploita le lieu à l'enseigne de " l'Ane Rouge", l'Ane Rouge était le sobriquet attribué à Rodolphe SALIS parce

qu'il était roux et, certains jours " mauvais comme un âne".

 

 

                                             

 

 

Willette y exposa l'un de ses premiers tableaux, " La fédérée de la Place du Tertre". Ce cabaret survécut au Chat Noir et ferma

ses portes en 1898. 

 

                                                             

 

 

Rodolphe SALIS appartient à la famille SALIS de Cerny - La Ferté Alais. En effet,  c’est en 1942 que Jean-baptiste Salis achète

une scierie à La Ferté Alais et entre en résistance. Il sera décoré à ce titre de la Croix de Guerre avec palme et de la Légion d’honneur. Jean-baptiste SALIS décédera le 10 décembre 1967.

 

 

Philippe AUTRIVE

 

Les cartes postales du Chat noir sont extraites de wwwnotrefamille.com

Copyright 2009  Philippe AUTRIVETous droits réservés