Le double four à chaux

Le four à chaux est situé sur la route de Melun, au-dessus de la Sablière, au lieu-dit LE FOURNEAU. Il s’agit d’un double four à chaux.

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Le premier four à chaux connu de La Ferté Alais a été construit vers le milieu du XVIIIème siècle.

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais
Four à chaux de La Ferté Alais vers 1905

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Le four à chaux a fait l’objet d’une très belle restauration au cours des années 2004 et 2005 grâce  à deux chantiers jeunes.

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais
Chantier jeunes pour la restauration du four à chaux

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alaisLe double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alaisLe double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Les 11 et 18 mai 1747, un marché de construction d’un four à chaux sur le haut de la montagne du Tertre, du côté de La Ferté Alais et sur le chemin de ladite Ferté à Melun, est conclu par Etienne Chasette demeurant à Guigneville et François Cardaux demeurant en la paroisse de Baulne, entrepreneurs de bâtiments, pour la somme de 300 livres tournois chacun.

Le 28 février 1876 Monsieur Modeste LOYER, entrepreneur maçon de son état, fit une demande d’autorisation de construction d’un nouveau four à chaux.

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Ce four à chaux Fertois est extrêmement rare parce que « double ». Le département de l’Essonne a classé le four à chaux dans le répertoire Départemental.

Deux élèves architectes de l’Association P.A.R.T.I.R ont procédé aux relevés et aux diagnostic du bâtiment.

Voici la description qu’en fait l’Association Histoire au fil, que nous saluons pour son travail de mémoire:

« Le four à chaux était entouré d’un mur à double parement monté avec des moellons calcaires, qui devait atteindre 7 mètres de hauteur en façade et en périphérie, protégeant ainsi la terrasse,ou plate-forme à déposer les pierres de calcaires, où se trouvaient également les gueulards (trous servant à alimenter le four) ».

Il convient d’ajouter pour plus de précisions, que la chaux est obtenue par la calcination du calcaire à une température d’environ 1000°. Le Calcaire perd son gaz carbonique pendant la cuisson pour se transformer en chaux vive: CaCO3 – CO2 + CaO.

La chaux est un matériau connu depuis l’antiquité, la chaux est l’objet de nombreuses applications. Dans le bâtiment, on l’utilise comme mortier, enduit ou badigeon. C’est l’élément de base des fresques. En agriculture, c’est un amendement qui permet de corriger l’acidité des sols.*

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alaisLe double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alaisLe four se composait :

– de deux entrées en plein cintre, la première étant un espace permettant au chaufournier d’être à l’abri, la seconde étant l’entrée du four ;

– d’une voûte construite : à l’intérieur en tuileaux et briques hourdés à l’argile, à l’extérieur en moellons entourés de sable.

La remise était un local fermé avec des murs de 3 mètres de haut. C’était un abri pour le chaufournier et la chaux ;

la chaux vive devait être éteinte après cuisson. Néanmoins, aucune trace de fosse ou de puits n’a été trouvée pour procurer de l’eau. La question reste donc posée quant à l’extinction de la chaux.

 

Contribution de Monsieur Franck Charbonneau du 29 mai 2016 – qu’il en soit remercié:

« Monsieur,

Pour faire suite à votre intéressant article sur le four à chaux de la Ferté Alais.

Je me permet de vous apporter une précision quand à vos interrogations sur l’extinction de la chaux et absence d’eau à proximité du four.

En fait, c’est tout à fait normal car la chaux était transporté « vive » et était éteinte , directement sur le site d’utilisation parfois à plusieurs dizaines de kilomètres.

A Paris le port à chaux se trouvait quai des Célestins.

Cette méthode était utilisée car il faut savoir que la chaux éteinte a un foisonnement important, jusqu’à 5 fois En espérant que ces quelques informations auront retenu votre attention ».

Le second four de La Ferté Alais fut construit en même temps ou après le premier, mais sans autorisation ni déclaration.

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Ces deux fours étaient à l’usage personnel du propriétaire.

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alaisLe double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Le four à chaux a fait l’objet d’une très belle restauration et prend son aspect actuel.

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Au cours des années 2004 et 2005, deux chantiers jeunes internationaux se sont succédés pour faire sa restauration:

Le double four à chaux patrimoine et histoire de la ferté alais

Merci à eux.

Délibération du Conseil Municipal du 21 juin 2004 décidant la restauration du four à chaux:                 

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS

DU CONSEIL MUNICIPAL

COMMUNE de LA FERTE-ALAIS

L’an deux mille quatre, le lundi 21 juin à 20 heures 30, le Conseil Municipal légalement convoqué s’est réuni au lieu ordinaire de ses séances, sous la présidence de M. Philippe AUTRIVE, Maire.

Etaient présents : Mmes et MM. Jean-Michel TALAVERA, Charlotte AMANDIO, Cécile FAURIE, Claire CHAMAILLE, Jean-André MATTLIN, Françoise BOUSSAT, Pierre CHAMBON, Bruno MACARY, Catherine LEBON, Alex GARCIA (à partir de 21 h 55), Patrice THERY, Catherine AUGE, Pierrette BERRI.

Absents représentés :

  1. André RIETZ par M. Bruno MACARY

Mme Marie FILOREAU                   par Mme Charlotte AMANDIO

Mme Véronique CHEMLA             par Mme Claire CHAMAILLE

Mme Corinne DALLA LIBERA      par M. Jean Michel TALAVERA

Mme Myriam MAHIER                     par Mme Cécile FAURIE

  1. Franck MERCIER par M. Philippe AUTRIVE

Absents non représentés :

  1. Alex GARCIA (jusqu’à 21 h 55)

Mme Martine BECHIR

Mme Marie-Thérèse PERRIOT

Monsieur Le Maire rappelle à l’assemblée le projet de réhabilitation du double Four à Chaux situé rue Edmond Rostand. Il explique qu’il conviendrait d’obtenir l’autorisation du Conseil Municipal pour le dépôt d’un dossier de travaux et l’exécution des travaux de restauration.

Monsieur le Maire rappelle à l’assemblée la délibération municipale en date du 31 mars 2004, qui sollicite une subvention du Conseil Général à hauteur de 80 % du coût H.T de l’étude de diagnostic et à hauteur de 60% de la dépense subventionnable H.T, plafonnée à 76 250 euros par an sur trois ans, pour les travaux de restauration du double Four à Chaud.

Monsieur le Maire explique à l’assemblée que l’opération de restauration du double four à chaux est divisée en deux tranches. Il informe également de l’intervention de Solidarité Jeunesse et de la tenue d’un chantier jeune sur le site au mois d’août prochain, comme pour le lavoir ces deux dernières années.

Vu l’avis favorable de la commission d’urbanisme, des travaux et de l’environnement en date du 11 juin 2004

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré :

  • AUTORISE les travaux de restauration du double Four à Chaux.
  • AUTORISE le Maire à déposer un dossier de déclaration de travaux et à exécuter les travaux nécessaires.

Fait et délibéré les jour, mois et an susdits, et ont les membres présents signé au registre. Pour copie conforme.

Le Maire,

Philippe AUTRIVE

Sources:

Histoire au fil

©Copyright 2009 Philippe AUTRIVE – Tous droits réservés

La Galerie: